Pour la nouvelle génération, se retrouver face à un ordinateur, une tablette, un smartphone ou une console de jeux tient de la seconde nature.
Nourris d'images réelles ou virtuelles, ils s'en imprègnent, s'en émancipent ou s'en abrutissent, échangent ou se réfugient dans un univers désormais bardé d'écrans.
C'est à partir de ce constat que je travaille à tirer le portrait de ces "adolécrans", reflets d'une société en mutation accélérée.
En guise de matière brute numérique, j'utilise la lumière des écrans comme unique source d'éclairage.
I.R