"Tous Camille", Notre-Dame-des-Landes.

 

 

Octobre 2012. Les premières tentatives d’expulsion des occupante-es de la ZAD (zone à défendre), venaient d’avoir lieu à Notre-Dame-des-Landes, et c’était la renaissance d’un combat qui dure depuis les années 1960 contre la construction d’un aéroport international sur une zone humide à 25 km de Nantes.

La Zad,  je l’ai découverte lors de l’opération César, alors que le gouvernement envoyait l’artillerie lourde pour surtout « ne pas laisser un kyste s’organiser ». De près, ce qui prenait forme alors ressemblait surtout à une formidable source d’énergie vitale et communicative, nourrie des liens que fait naitre la résistance collective. 

 

Assez vite, j'ai eu envie de proposer un portrait de cette lutte, loin de l’image caricaturale qu’en diffuse une partie des médias.

Qu’est ce qui, aujourd’hui, pousse des personnes d’horizons différents à se retrouver et donner d’eux mêmes pour défendre des idées et construire des possibles ensemble?

Voilà l’objet de ce projet photo.

Il ne s’agit surtout pas de donner à voir des « représentants » de cette lutte, mais de proposer des incarnations possibles de celle-ci. Avec l'envie de remettre le vivant au coeur de la question. Au fil des rencontres, et en toute subjectivité.

 

Chaque dytique se compose d’un portrait dans un endroit de la Zad que la personne choisit, et d' un portrait de ce lieu. En légende, la réponse à ma question : pourquoi es-tu ici, dans ce combat?...

Autant de visages, de paysages, de raisons de lutter, chacun-e apportant sa modeste pierre à l’édifice. 

Et plutôt qu'une énième infrastructure inutile et imposée, l'édifice pourrait être la création d'une micro société en quête de sa propre autonomie, hétérogène et bigarrée, imparfaite mais debout. Qui cultive l’audace et la détermination de résister contre le système mortifère et obsolète qu'illustre ce projet d’aéroport. 

Et propose, in vivo, l’embryon d'un monde différent. 

I.R 

 

Cette série a été réalisée entre 2012 et 2014.  

                                                                                                                            

                                                                                                                                              Adèle, 22 ans

« Je suis ici pour vivre en accord avec moi-même, et pour défendre des choses qui me tiennent à cœur. Le refus de l’aéroport n’est pas la seule raison : il y a l’idée de partage, la vie près de la nature, un rapport différent à la consommation, et la possibilité de sortir des cases dans lesquelles on a pu se sentir enfermés ».


                                                                                                                                          Amé, 31 ans.

« Le nécessaire éveil collectif, nourri par les dons et les besoins de la Terre, m’a conduite à NDDL. Pour éprouver une lutte et  un mode de vie préfigurant en partie la société dans laquelle je voudrais vivre. Mélanger les possibilités, la réciprocité et l’entraide. Sortir de la domination et de l’exploitation (des humains, des animaux, de la terre). Faire naître une solidarité consciente et volontaire. Redécouvrir une nouvelle autonomie (alimentaire, énergétique, médicale…) Refuser qu’une autorité décide pour nous. Tout cela me paraît indispensable au démentèlement de la société industrielle capitaliste, ainsi qu’à la destruction de l’Etat. Ma liberté s’étend à travers  celle des autres, mon équilibre se trouve avec mon environnement »

                                                                                                                                            Manu 30 ans

« Je suis venu au départ pour une semaine, dans un principe de survie en quête d’espoir. C’était il y a 5 mois et je suis resté sur la Zad, pour restaurer un lieu collectif. Face à la résignation générale, ici on trouve des gens qui, jour après jour, construisent une alternative qui fonctionne. »


                                                                                                                                        Alain, 45 ans.

 « J’habite dans cette maison en plein coeur de la ZAD depuis 20 ans, et depuis toujours sur la commune. Ce projet a mon âge environ, mais je le combats depuis qu’il a été réactivé en 2000. Ma raison personnelle, c’est bien sûr une forte attache au lieu. Plus largement, on nous parle de développement durable à toutes les sauces, mais ça ne sert qu’ à alimenter des discours. Assez de propagande, on veut des actes concrets pour l’environnement !

Ecologiquement, socialement, politiquement, il y a toutes les raisons pour protéger ce territoire. Concrètement, il y a moyen de faire bouger les choses, et c’est ici et maintenant! »


                                                                                                          Jean-Marie, 35 ans. Groupe des Naturalistes en Lutte.

« Je suis botaniste de formation. On ne peut plus continuer à consommer les ressources en bousillant la terre. Le modèle de développement dans lequel nous sommes actuellement mène tout droit à la guerre. Pour un projet comme l’aéroport, on ne peut pas parler de « compensation écologique », mais de consolation écologique. Il se peut que l’on ait déjà atteint le point de bascule, notamment par rapport au climat. Il y a une vraie urgence à arrêter les conneries ».

                                                                                                                                            Maëlle, 24 ans.

« Je suis étudiante en socio. Cette lutte est au croisement de plusieurs choses qui me révoltent, comme, notamment, la vitesse en tant que mode de vie. Ce lieu est propice à un autre rythme qui permet d'avoir l'esprit ouvert, aux aguets. Ici, j’ai rencontré beaucoup de gens, découvert des façons de vivre différentes, des idées, un combat. »

                                                                                                                                            Echo, 30 ans.

« C’est une drôle d’idée de vouloir mener une guerre d’usure contre des gens qui n’ont que ça, du temps. On est là pour cheminer vers une autre organisation sociale. L’expérimentation au quotidien crée d’autres espaces. Au-delà du projet d’aéroport, NDDL c’est l’expression d’un monde qu’on refuse, et c’est surtout un monde qu’on recrée. Ici c’est un laboratoire de vie : le système marchand, on s’en passe, et la répression policière ne nous fait plus peur » 

                                                                                                                                              Marie, 31 ans.

 « Nous vivons dans un monde qui nous étouffe. Assez de zones commerciales ! Arrêtons ce bétonnage sauvage! »


                                                                                                                                              Koni, 33 ans.

« Pour élargir davantage la brèche et enfin détruire le mur du capital. Pour qu’on arrête avec le veau d’or de la croissance. Pour renverser la marmite et planter le chiffon noir de ralliement sur les ruines des nations. Et, pour paraphraser Jean Meslier, curé athé au XVIIIè siècle, je serai content le jour où l’on pendra le dernier dirigeant à la tripaille d’un curé. »


                                                                                                                                          Sylvie, 47 ans.

« Originaire de la région parisienne, je suis venue ici il y a 13 ans. J’ai choisi d’être agricultrice et proche de la terre, j’ai 65 ha et 32 vaches laitières.

 Je  me suis investie dans cette lutte en 2000 quand le projet a été réactivé. On a choisi de défendre la terre contre un projet qui me semble vraiment inutile. Pour moi, la ZAD, c’est d’abord une Zone d’Agriculture Durable. »

                                                                                                                                            Lénix, 22 ans.

« Article 35 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.  »

                                                                                                                                              Sacha, 25 ans.

« Entre autres métiers, j’ai été courtière en assurances pendant près de deux ans. Je vivais sur Paris, gagnais très bien ma vie. Et puis j’en ai eu marre d’arnaquer les gens. Ici, l’essentiel c’est la terre. La question de Notre Dame des Landes, c’est la métaphore exacte de ce qui se passe aujourd’hui :un système oligarchique, qui, sous couvert de progrès, s’en prend à notre bien le plus élémentaire : la terre. Ce qui se pratique aujourd’hui, c’et la politique de la terre brûlée, de l’autruche. Il faut se réveiller, et vite ! Il y a des générations qui arrivent derrière. Je vis ici depuis  6 mois, j’ai fait beaucoup de rencontres, d’expériences. Ici, c’est la mise en pratique de la possibilité de créer un système de vie différent. La liberté, voilà ce qu’on trouve ici. »

                                                                                                                        Dominique, 52 ans, co-président de l’ACIPA.

« J'ai grandi ici, et pour moi cet endroit n’a pas de valeur. Ce territoire n’est ni à donner, ni à vendre, ils seront obligés de nous le voler. On gagnera dans l’esprit si on ne gagne pas trop tard. Si les bulldozers arrivent, le bocage ne s’en remettra pas, ce sera une destruction définitive. Le bocage, lieu sensible, est irremplaçable. Comme pour l’Erika, une fois les dégâts faits, il est trop tard. Et c’est inacceptable d’en arriver toujours au moment où il est trop tard »


                                                                                                                                            Aristide, 65 ans.

« J’attends le prochain printemps. Pour être ici il faut une intention et une patience. Alors arrive le résultat. L’objectif étant le renoncement à un projet d’aéroport en ce lieu »


                                                                                                                                              Isa, 35 ans.

« Je ne peux et ne veux, participer à un système inégalitaire, bardé d’interdictions. Il détruit la Terre et les Hommes sur son passage, sous couvert de « liberté, égalité, fraternité », et de progrès. La mauvaise foi a assez duré : on ne crée pas la paix en fabriquant, en vendant et en utilisant des armes. »

                                                                                                                                        Aurélien, 20 ans.

« Quand l’homme aura pêché le dernier poisson, coupé le dernier arbre, tué le dernier gibier, il s’apercevra que l’argent ne se mange pas ». 

                                                                                                                              Erwan, 27 ans et Elise, 33 ans.

Lors de l’intervention policière du 24 novembre, ils se sont promenés nus devant les gendarmes mobiles en signe de protestation. Pour cela, ils sont convoqués devant le tribunal pour outrage le 12 février 2013 et écopent de 15 jours de prison avec sursis. Pour Elise, « l’action de se mettre nus devant les forces de l’ordre permet d’illustrer la nature inégale du rapport de force. Il ne s’agit, pour moi, en aucun cas d’un outrage, mais d’une forme pacifique de résistance».


                                                                                                                           Stéphane, 35 ans, avocat de la ZAD.

"Ce projet d'aéroport menace gravement les intérêts humains et écologiques de la région. L'opposition à un tel projet  est une nécessité qui doit pouvoir s'exprimer librement et être défendue lorsqu'elle est muselée, censurée. C'est dans ce contexte que je participe à mon niveau à cette lutte, en essayant de faire en sorte que les voix que l'on tente de faire taire puisse être entendues et être considérées comme aussi dignes d'intérêts et porteuses de sens que celles de ceux qui voient en ce projet une évidence irréfutable".

                                                                                                                                               Ben, 33 ans.

« Je suis ici depuis 2 ans. Pour moi, ce combat est une jonction entre des luttes locales et des luttes globales. J’ai trois enfants et je refuse de leur laisser ce monde-là. Ce choix n’est pas simple, car tout est fait pour entraver les modes de vie différents. Au-delà de l’aéroport, c’est l’exemple typique de la fuite en avant de la croissance. C’est une vision à court terme. On passe son temps à mettre des rustines sur un système économique moribond qui tient surtout grâce à la peur du changement. Mais le changement, visiblement, c’est pas maintenant ! Il faut que les gens se réveillent… »

                                                                                                                                     Geneviève, 65 ans. 

« J’habite dans la région, et j’ai des attaches dans le monde paysan. La défense des terres, ça concerne beaucoup de pays mais ca commence par ici. Je milite depuis 2003, et depuis 5 ans c’est devenu mon activité principale et unique. Notamment, je mets en lien différents réseaux. Plus con que cet aéroport, il n’y a pas ! Il faut freiner la fuite en avant, du toujours plus grand, plus gros, plus vite, plus loin, plus cher. Et aussi mettre un frein aux enflements d’égo de certains hommes politiques ».


                                                                                                                          Baptiste, 30 ans, clown activiste.

 « Je n'ai ni mon nez rouge, ni mon maquillage, je suis donc en "mission top discrète" pour le Gang Vinci... Comme il semble que l'opération César patauge sur la ZAD et s'en mord les dents, je suis venu aider les féroces de l'ordre (playmobils et robocops) et le t-Ayrault-risme d’État en tant que brave Clown Radicool Subversif (CRS)... Ma Mission ? Foutre en prison tous ces insoumis d'anarcho-paysans qui veulent des légumes et pas du bitume...et pouvoir un jour crier VENI VIDI VINCI ! » 

                                                                                                                                         Elodie, 26 ans.

« La raison première de ma présence ici c’est la curiosité. Je reviens car j’ai trouvé des amis, des gens avec qui je peux refaire le monde. Ici, je me sens à ma  place : il y a beaucoup trop de projets inutiles avec l’argent commun. J’ai enfin trouvé une façon de vivre qui correspond à ma façon de penser : pas de rapports marchands, autogestion, troc, échanges de savoirs, récupérations. Sortir du système capitalise, oui, c’est possible ! » 


                                                                                                                     Hervé, 55 ans, journaliste, écrivain.

"Notre Dame des Landes est un bijou journalistique et une grande cause écologique. On y retrouve des aventures humaines, beaucoup de courage, la déraison des dominants, la corruption des élites, une nature parlant de mille voix, le réveil paysan, le projet d'un autre monde... Je suis heureux d'y participer comme observateur et comme citoyen de la Terre" 


                                                                                                                    Damien, 31 ans, boulanger sur la ZAD.

« Pour moi, être ici correspond à un projet de vie. La Zad est un lieu d’expérimentations qui permet de mettre en pratique les idées de décroissance et de cheminement vers une forme d’autonomie. Je fais du pain deux fois par semaine : c’est un lien entre les gens, un moment de rencontre entre occupants, habitants et paysans ».


                                                                                                                                        Thibault, 26 ans.

« J’ai monté un atelier de sérigraphie mobile, que je promène dans différents lieux d’autogestion, là où s’active la rebellion contre le consumérisme. Je vis maintenant à la Zad. Sur place, je donne un coup de main, je vis avec les gens,  et je propose des ateliers participatifs permettant de créer des identités visuelles fortes. »


                                                                                                                                           Emeline, 20 ans.

« Je vis ici parce que c’est une zone vulnérable, et que j’ai envie de la défendre. Et aussi parce qu’on y invente jour après jour une façon de vivre différente ». 

                                                                                       Benjamin, 27ans. Clown activiste issu de la vague d’indignés de 2011.

« Je suis tombé amoureux de cette terre, et, comme beaucoup ici,  je suis prêt à tout pour la défendre. Pour faire passer un message, le mode clownesque fonctionne bien auprès des gens. Le message ? Stop à la connerie.»

                                                                                                                                          François, 25 ans.

«J’ai découvert la Zad près les premières expulsions le 23 novembre. Ca m’a retourné. J’étais en recherche d’emploi comme cuisinier, j’ai arrêté. Je suis resté deux mois à la Chateigne, rencontré des gens, beaucoup partagé, échangé. Ici j’exerce mon métier, mais en plus j’apprends beaucoup. Il y a une très grande ouverture d’esprit. Ici on apprend plus en une semaine qu’en un an dans mon ancienne vie. On a créé un lieu, on est une vingtaine à avoir envie de le faire vivre. Il y a des projets de potagers, de ruches, des ateliers divers. Le but : nous ouvrir les yeux sur notre manière de consommer, et plus généralement de vivre. »


                                                                                                                                             Val, 44 ans
« La lutte contre l'injustice est un de mes fondamentaux : impossible de passer à côté de Notre-Dame-des-Landes ! Nous ne nous battons pas contre "un aéroport" mais surtout contre la
déraison humaine qui va avec, c'est donc très loin d'être fini...Je cherche à témoigner de la beauté de cette lutte, immergée à l'intérieur d'un réseau comportant plein de types de militants et riche
de multiples réponses face à un monde qui court à sa perte. Transmettre des possibles et créer des liens : là est ma place. »


                                                                                                                                              Casper, 19 ans.

« Je viens de la Belgique. Je suis venu vivre sur la Zad, poussé par le sentiment de devoir être là. Et que le fait d’agir ensemble peut réellement permettre de changer les choses. Je suis convaincu qu’ici, c’est possible. »

                                                                                                                                     Dominique, 50 ans.

Boulanger dans le Maine et Loire. Il est venu livrer du pain sur zone par solidarité. Il est à l’origine d’un collectif de soutien créé dans son département.

« Ce que je ressens très fortement, c’est que l’histoire est en marche,  et que c’est ici et maintenant que ça se passe. ». 


                                                                                                                                        Clément, 22 ans.

« Je suis ici pour notre mère la Terre ».

 

                                                                                                                                                   Eddy, 34 ans.


« La terre est une zone apatride à défendre. En dehors de toute idée de nation, et de propriété : commençons donc par essayer de sauver la planète ».


                                                                                                                                         Wilson, 25 ans.

 « Le monde qu’on nous apprend à l’école n’existe pas. Le refus de l’aéroport et du monde  qui va avec, c’est aussi une réappropriation de la vie. C’est notre, c’est ma transcription de la devise « liberté, égalité, fraternité », ma façon d’être finalement en accord avec ce qu’on nous enseigne. Car aujourd’hui, la France ne porte pas les valeurs dont elle se réclame. »

                                                                                                                                              Sylvain, 33ans.

« J’ai passé 6 mois dans un lieu de vie de la Zad, à rénover et construire autour d’un projet commun. On a transformé une salle de traite en un espace collectif permettant d’accueillir des personnes de l’extérieur. Mais la vie au sein d’un collectif est loin d’être simple, et il n’est évident pour tous d’accorder les paroles avec les actes ».

                                                                                                                                        Tristan, 25 ans.

« je lutte pour un autre monde possible. Je m’intéresse à la façon dont la lutte réussit à transformer chacun d’entre nous individuellement dans un rassemblement collectif »

                                                                                                                                             Yoan, 27 ans.

« je ne me suis jamais senti autant chez moi qu’ici. Notre Dame des Landes, c’est des rencontres, une lutte, et des lieux à protéger ».


                                                                                                                                             Pétof, 60 ans.

«Je me définis comme chrétien anarchise. Ici se joue une lutte contre la religion de la croissance économique, avec ses dogmes, ses prêtres. La destruction de la planète est en marche, et ici c’est le meilleur endroit possible pour tirer la sonnette d’alarme et tenter de réveiller les consciences. » 


                                                                                                                                               Eric, 33 ans.

« je suis venu ici pour la manif de réoccupation du 17 novembre. Puis revenu en décembre, je suis resté un mois. Et revenu encore. L’idée, c’est de résister à cette idée de société qui nous est imposée. Je ne me donne aucune chance dans cette société. Mais j’ai profondément envie d’autre chose, c’est pourquoi je suis ici. L’aéroport ? C’est sur qu’ils ne le feront pas. Le combat va bien  au-delà de cette seule question. »


                                                                                                                                            Gino, 25 ans.

« Sur place depuis un mois. J’ai participé à une marche Toulouse-Nantes et je suis resté. Les gens ici sont ouverts, le contact est facile. On construit des choses ensemble, car on en a les possibilités et l’envie ; En agissant ensemble, on peut changer les choses. Pour ça, il faut commencer par se changer soi-même, ce que je fais. »

                                                                                                                                         Hélène, 35 ans.

« Plein de gens dans le monde luttent pour les mêmes choses que nous à la Zad. On défend la vie et la terre. Bientôt il sera trop tard, et s’il est encore temps, mais c’est maintenant que tout se joue. Chaque personne compte ». 

                                                                                 Jean-François, 46 ans,  auteur du documentaire «Notre Dame des Luttes ».

 « J’ai grandi dans les arbres, dans un département très rural,  construit des cabanes très tôt…Et cette proximité avec la nature résonne comme une évidence avec ce que je suis » 

                                                                                                                                         Jean-Joseph, 48 ans.

« Certaines choses sont illégales mais pas illégitimes, comme cette lutte. Après 30 ans passés dans le commerce, je veux montrer qu’un autre monde est possible, c’est pourquoi je me suis installé ici »

                                                                                                                  Julien, porte-parole de l’ACIPA, 66 ans.

Né à NDDL, agriculteur retraité, proche de la Confédération Paysanne.

 « En 1973, quand on a eu connaissance du projet, j’étais jeune paysan. Ce que j’ai voulu défendre et que je défends toujours, c’est la conservation des terres comme outil de travail. Ici, c’est un rendez-vous citoyen de lutte, dans le but de conserver intacte cette terre nourricière. C’est aussi une autre vision de la société que l’on défend ici. Il y a un virage à prendre pour voir émerger un monde meilleur ».

                                                                                                                                           Kévin, 26 ans.

« Je vis ici parce que c’est ma place. Le monde est en train de bouger et c’est ici que ça se passe. Ce qui arrive ici est beaucoup plus vaste que la seule question de l’aéroport ».


                                                                                                                                             Maud 18 ans.

« Je suis là par solidarité. Ca fait un bien fou de voir qu’il existe autre chose que la société de consommation. Ici, je me sens comme chez moi».


                                                                                                                                           Cédric, 46 ans.

"Je suis ici pour protéger la nature de la prédation de Vinci et de son monde. Pour voir des projets collectifs se réaliser malgré les entraves constantes de l'Etat, de la police et de la justice. Pour en finir avec le système capitaliste".

                                                                                                                                         Julien, 23 ans

« Je suis arrivé en novembre 2012 après les premières expulsions, et j’ai commencé la cabane en février. J’ai construit ce poêle à double combustion avec de l’argile de la Zad, des briques, un tuyau de poêle et un seau en métal. Ca  chauffe la cabane de 15 m2, et l’eau. Ce qui  m’intéresse ici, c’est de vivre en autonomie, pratiquement sans rapports marchands. »


                                                                                                                                               Lionel, 30 ans.

« Je suis ici pour défendre la nature, car c’est une priorité,  tout simplement. Et si nous, on ne le fait pas, qui le fera ? »


                                                                                                                                             Nadège, 44 ans.

« la forêt respire, le vent est sans frontière ».

                                                                                                                                             Mani, 20 ans.

« Je suis païen, mais pour moi n’importe quel morceau de terre est sacré. Potentiellement, tout endroit est sacré pour quelqu’un ».


                                                                           Michel, 65 ans. Agriculteur retraité sur NDDL, membre fondateur de l’ADECA.

« Lors du débat public en 2003, l’ADECA avait fait des propositions alternatives au projet, qui n’ont pas été entendues. Imposer un projet de cette ampleur uniquement sur la base de débats publics que l’on sait biaisés, c’est inacceptable. La question foncière est au cœur des choses, et pour nous agriculteurs, la terre est notre outil de travail. Ca projet est archaique à tous les niveaux, mais d’abord au niveau démocratique ».

                                                                                                                                             Matthias, 33 ans.

« Je suis du collectif de St-Brieuc. C’est suite à la répression policière de novembre que j’ai décidé de m’impliquer. Je suis extrêmement déçu par le pouvoir en place, et sa façon de privilégier sans cesse les profits au détriment de l’humain et de la planète. Le combat ici en est une illustration. Je viens dès que je peux, et, comme aujourd’hui, je ramasse dans les champs des capsules de grenades lacrymo (vestiges des violences policières), et avec le collectif de St Brieuc, on les envoie au siège du PS ou dans les préfectures. »


                                                                                                                                               Max, 27 ans.

« Je suis là parce qu’il y a besoin de monde pour protéger les lieux. Je suis handicapé, et ici chacun vient avec ses particularités, chacun apporte sa pierre à l’édifice humain, personne n’est mis à l’écart à cause de ses différences»


                                                                                                                                             Tom, 21 ans.

« Je suis arrivé en novembre 2012. J’ai entendu parler de cet endroit  comme un lieu d’autogestion. Etant dans le milieu alternatif, j’étais donc venu pour occuper et défendre les lieux au moment des expulsions. Je suis là pour une lutte d’idée, un changement complet, pour déconstruire un système qui est en moi, grâce notamment à l’autogestion. Et plus largement, pour imaginer un autre système social, et montrer que le changement est possible. Il y a beaucoup de passage ici, ce qui permet de faire passer le message. »



                                                                                                                                     Rody, 45 ans:

"Contre l'aéroport et son monde:  Résistance et sabotage."

                                                                                                                                                 Rémi, 28 ans

« Je suis arrivé ici au moment de la chaîne humaine –mai 2013-, et j’y suis resté ; pour lutter contre l’aéroport et son monde,  pour vivre en autogestion, pour protéger la forêt de Rohanne. Il y a ici beaucoup de potentiels, d’envies et de compétences à partager »


                                                                                                      Sylvain, 51 ans, agriculteur, président de l’ADECA.

« Dans ma famille, on vit ici depuis 5 générations. Depuis le 3 janvier, je suis exproprié, donc je me retrouve squatteur dans ma propre maison. Mes 88 vaches sont aussi squatteuses ! J’ai toujours entendu parler du projet d’aéroport, depuis que je suis tout petit, mais je me suis installé en connaissance de cause. Je lutte pour la biodiversité, contre le gaspillage de terres agricoles par l’urbanisation, pour un autre choix de société. »


                                                                                                                                              Nicox, 54 ans.

« Je suis ici parceque je me sens bien, entouré par la nature et pas des gens qui viennent d’un peu partout. Cette lutte me parle, et elle est en lien avec d’autres endroits où les personnes vivent de façon différente, en autonomie. »

                                                                                                                                            Preto, 27 ans. 

« Je viens de Barcelone, suis ici depuis 5 mois. Mon but est de protéger la forêt, et de vivre. Ici, j’apprends : la forge, la construction, le jardinage, la résistance. Il y a des gens de partout, et une solidarité assez forte. Pour beaucoup, on est ici contre la construction de l’aéroport, mais surtout contre la destruction inutile d’une zone de nature fragile ».


                                                                                                                                    Sandrine, 28 ans.

« J’ai pris connaissance de  la  lutte par les réseaux sociaux. J’aimais déjà les gens que je voyais sur les vidéos, et aussi leur système d’autogestion. Il n’y a rien de concret dans ce projet d’aéroport, et cette lutte a des échos sous différentes formes partout ailleurs. »


                                                                                                                          Xavier, 40 ans, et Princesse.  

« J' habite Lille,  et je suis venu aider à la réoccupation de la ferme de Bellevue à NDDL J’ai passé une quinzaine de jours ici, à participer à des chantiers, à rénover, à m’occuper des animaux. je suis venu une première fois suite à l’intervention policière du mois d’octobre. J’étais scandalisé, et j’ai eu envie d’apporter mon soutien à l’oppression contre ce projet inutile, et ce système de surconsommation. Je fais partie du collectif Lillois. Je reviendrai ici selon mes possibilités. »


                                                                                               Thierry, 43 ans. Pilote de ligne basé à Nantes-Atlantique.

« J’ai créé un collectif de pilotes doutant de la pertinence de l’aéroport de NDDL il y a 5 ans. Son but ? Arrêter de dire tout et n’importe quoi sur les aéroports et le transport aérien. NDDL,  C’est un projet pharaonique complètement inutile. Jamais un aéroport n’a créé de dynamique, car c’est fait pour répondre à un besoin, il ne crée pas ce besoin. Et en l’occurrence, cet aéroport n’est pas un besoin, il n’y a pas de saturation. L’avenir du transport aérien ? Je le vois très sombre, particulièrement en Europe. NDDL, c’est la pression conjuguée du lobby du BTP, et des tractations politiques. » 

                                                                                                                                         Suzanne, 26 ans.

 « La raison de ma présence ici, c’est le ras le bol général de l’incohérence du gouvernement. Il n’y a aucune écoute du peuple. A la différence d’ici ».

                                                                                                                                        Tomtom, 25 ans.

« Je suis ici pour être en contact avec la nature et avec les gens, car ici l’entraide est permanente. On a presque rien c’est vrai, mais on partage tout. ».


                                                                                                                                         Renaud, 31 ans.

« Je suis sur place pour une semaine, pour de la sagesse et de l’Amour. Et pour être utile ».

                                                                                                  Thierry, 48 ans. Conseiller régional pays de la Loire (Sarthe).

« Ecologiste convaincu depuis l’âge de 16 ans, militant depuis 28 ans. Ce projet d’aéroport de est pour moi le symbole même du projet inutile d’une société inégalitaire, source de gaspillage et pillage des ressources et de l’environnement. Notre planète et nos enfants méritent mieux. C’est pourquoi, comme beaucoup d’autres, je m’engage  sans retenue, sans réserve, en tant qu’élu et citoyen. »

                                                                                                                                            Shopy, 65 ans.

« Mon dieu, que la Zad est belle. Comment peut-on s’imaginer… »

                                                                                                                                           Virginie, 33 ans.

Virginie habite sur la zone à défendre depuis 15 ans avec sa famille et ses animaux. Expulsable, elle attend d’être relogée. Vinci lui propose une HLM dans un village voisin, ce qu'elle refuse. 

« Ce site est tout ce que j’aime : la tranquilité, la forêt, les animaux ».

                                                                                                                                         Tanne, 33 ans.

« Ici, c’est vraiment une combinaison de toutes mes convictions et de mes combats. C’était comme une évidence que j’atterrisse ici. J’ai été informé des évènements (opération César) via les réseaux sociaux le 16 octobre 2012. L’intervention policière m’a scandalisé, j’ai su qu’il fallait que j’y aille. Maintenant, j’ai l’envie de rester ici jusqu’ à la victoire. »